La FLGL a pour mission de lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en Haïti. Promouvant le bien-être de milliers de personnes à travers le pays, elle travaille directement avec les communautés et leurs dirigeants afin de préparer le terrain pour les transformations sociales, agricolese et économiques. Les Lamothe croyaient en l’autonomisation du peuple haïtien par le biais des soins de santé, de l’éducation et du sport.

LA VIE DU DR. LOUIS G. LAMOTHE

QUI ÉTAIT DR. LOUIS G. LAMOTHE?

La vie et l’œuvre du Dr Louis G. Lamothe témoignent des valeurs fondamentales sur lesquelles toutes les sociétés doivent se construire pour s’épanouir. Par son travail, cet intellectuel haïtien a souhaité rétablir Haïti dans sa position légitime de membre à part entière de la communauté latino-américaine et rappeler à la communauté internationale la contribution d’Haïti à la liberté, à l’indépendance et à la souveraineté des populations latino-américaines.

La jeune République étant isolée, ostracisée et ”prise en otage” par les puissances coloniales, le peuple haïtien n’hésite pas à se consacrer à la défense des nobles idéaux qui l’ont encouragé à se libérer du joug colonial. Cet exploit n’a pu être accompli que grâce à une combinaison de l’intelligence, de la passion, du savoir, de l’altruisme et de la solidarité des citoyens. La ténacité du peuple haïtien se reflète dans la lutte permanente pour une vraie liberté, l’inclusion et la prospérité pour tous.

 

Diplômé en lettres espagnoles au Chili en novembre 1952, il obtient un doctorat en lettres à Madrid en 1956. Enseignant expérimenté, il enseigne les langues vivantes à l’INAGHEI (Institut national d’administration, Management and International Studies) de 1975 à 1983 et à la Faculté d’ethnologie de 1980 à 1995

Né le 11 août 1926, le Dr Louis G. Lamothe a laissé sa marque dans de nombreux domaines, à savoir le sport, l’enseignement supérieur l’enseignement de la langue espagnole et la diffusion des œuvres créées par les grands poètes latino-américains de 1850 à 1950.

Il a fondé l’Institut Lope de Vega en 1962 et en est resté à sa tête jusqu’en 1998. Il s’est ainsi efforcé de partager sa passion pour la culture hispanique et de promouvoir la langue espagnole en Haïti. L’Institut Lope de Vega a permis à de nombreux cadres haïtiens de découvrir les cultures latino-américaine et espagnole à travers des échanges culturels, entre autres.

Parallèlement, M. Louis G. Lamothe a apporté une contribution significative à la promotion de la culture haïtienne en Bolivie et au Suriname, et a été membre du corps consulaire du Suriname jusqu’à son décès en 1999. Au cours de sa carrière, il a reçu plusieurs distinctions prestigieuses, parmi lesquelles:

Cabarello de la Orden de Isabel la Católica (Madrid, juillet 1975).

Honneur et mérite de l’Orden Mexicana del derecho y de la cultura (Mexique, mai 1964).

UN RICHE HÉRITAGE DES ŒUVRES PUBLIÉES

De 1956 à 1966, le Dr Louis G. Lamothe a publié plus de 8 livres visant à faciliter l’apprentissage de la langue espagnole et à permettre aux générations futures de découvrir les cultures et littératures espagnoles et latino-américaines.

LA VIE DE GIZOU

La Fondation Louis et Gizou Lamothe (FLGL) vous invite à découvrir Gizou Lamothe à travers les témoignages de sa famille et ses proches.
.

NAISSANCE ET VIE FAMILIALE DE GIZOU

Ghislaine Fortuney Lamothe, fille de Paul Fortuney et Georgette Vieux, a vu le jour le 14 Avril 1935, tout juste après l’occupation américaine d’Haïti. 
 
Sa jeunesse s’écoula durant les années suivantes dans la calme banlieue de Turgeau, avec son grand frère Jean-Claude Fortuney et son très proche petit frère et filleul Philippe Fortuney. Elle rencontra et épousa le Dr. Louis G. Lamothe de qui elle eut ses deux fils, Ruben Lamothe en 1963 et Laurent Salvador Lamothe, 9 ans plus tard, en 1972.  
 
Elle a eu le temps de voir naître et grandir ses trois petites filles, en accomplissant prodigieusement le rôle de grand-mère, les comblant d’amour et de conseils, mais aussi bien les corriger quand il le faut. 
 
Le surnom “Gizou”, celui sous lequel elle a bâti sa renommée, lui est attribué dès son plus jeune âge. Elle a forgé toute son identité autour de ce sobriquet. Tout le monde l’appelait Gizou, même ses enfants. 
 

CARRIÉRE ER VOYAGES DE GIZOU À TRAVERS LE MONDE

Très tôt les talents artistiques de Gizou se sont fait remarquer. Ce qui l’amena à suivre les cours de dessin et de peinture de Madame Pailleire. 
 
Plongée totalement dans sa passion pour l’art et sa découverte de la céramique, Gizou entreprit la construction de son refuge et son atelier à Thomassin, avec les plans dessinés par son frère Philippe. Créant son propre petit univers, c’est à partir de là qu’elle a découvert les vertus de ses doigts magiques faisant naître de magnifiques peintures, sculptures, poteries et céramiques. 
 
Vers les années 90 elle partit pour la ville de Prague en Tchécoslovaquie pour un stage artistique et fut témoin de l’effondrement de l’Union Soviétique et de la chute du Mur de Berlin.
 
Durant son séjour en Espagne, elle gagna le prestigieux Prix d’Originalité Artistique à Barcelone.  
 
À travers ses œuvres, Gizou permit au monde de percer la culture haïtienne et de revivre les traditions d’antan, surtout celles qui remontent aux Taïnos, ainsi que leurs reflets sur les réalités qui entourent le peuple haïtien.
 

ENGAGEMENTS DE GIZOU ENVERS SON PAYS HAÏTI

Le sens du devoir social se développa chez Gizou au cours des ans, non seulement à cause de voir ses compatriotes combattre la misère quotidienne dans un climat social, économique et politique très sévère, mais aussi de constater les mêmes conditions dans certains pays, au cours de ses multiples voyages. Ce sentiment d’impuissance, et aussi de revendication, est souvent ressenti à travers ses œuvres.
 
En 2015, de retour en Haïti, alors âgée de 80 ans, Gizou travailla d’arrache-pied, durant plus de trois mois, pour monter sa dernière grande exposition (la 27ème) de 75 pièces, à Pétion-Ville, à l’Hôtel Oasis, baptisée “Au bénéfice de Jalousie”. 
 
Tout le gain de l’Exposition a été transmis au profit du programme de rénovation de Jalousie, ce quartier populeux, humble et modeste, situé sur les collines de Pétion-ville. Ce programme visait de peindre les maisons et d’améliorer l’environnement et les conditions de vie des habitants de cette banlieue. 
 
Cette grande œuvre de charité illustrant la générosité de Gizou est la culmination de sa carrière d’Artiste.
 

DÉPART DE GIZOU

De nature à puiser sa force dans sa souffrance, Gizou avait un caractère qui l’aida à surmonter les diverses épreuves de la vie courageusement. Elle était à la fois forte et pleine de compassion, dévouée à sa famille, son art et son pays. 
 
Le 15 août 2020, à la suite d’une longue lutte avec ses complications cardiaques, Ghislaine Fortuney Lamothe, dit Gizou effectua sa traversée dans l’au-delà, continuant toujours à inspirer plus d’un par sa vie et ses œuvres.
 
 

© 2020 All rights reserved